Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2019 4 07 /02 /février /2019 13:57

 

Magnifique !

Dès les premiers mots, j'ai été prise par la poésie de l'auteur qui m'a alors envoûtée jusqu'au bout…

Quelle épopée que ce pèlerinage qui commence en 1095 et qui devient vite la toute première croisade. Une aventure incroyable, inhumaine, magnifique et sanglante.

 

Imaginez-vous, un pape, dans un champ, qui du haut d'une estrade va enflammer les peuples européens et leurs dirigeants en lançant une simple phrase : « Dieu le veut ». Et le peuple d'abord, les nobles et les chevaliers ensuite vont suivre comme un seul homme un chemin long, très long, truffé d'embûches, d'embuscades, de trahisons, de perfidie, de lâcheté, de loyauté et de courage pour enfin délivrer Jérusalem, la ville sainte par excellence.

Pourquoi me direz-vous, les réponses sont multiples. Beaucoup y sont allés en rémission de leurs innombrables péchés, le royaume de Dieu, le paradis, le rêve au bout d'une marche. D'autres se sont sentis investis par la vraie foi et ne pouvaient dès lors se dérober à cette tâche sacrée qu'était la délivrance de Jérusalem des mains des infidèles. Certains n'ont pas eu le choix et se sont retrouvés englués dans cette marée humaine aux aspirations les plus diverses. Et pour quelques-uns parmi les plus nobles, c'était la solution pour obtenir un royaume terrestre au bout du monde chrétien.

 

Un roman qui trouve sa source dans les chroniques de l'époque, chroniques qui sont toujours à prendre avec des pincettes car elles sont écrites pour la gloire et l'honneur de leurs commanditaires. C'est pourquoi l'auteur nous montre régulièrement le récit du soldat suivi de celui toujours édulcoré, souvent magnifié du chroniqueur qui pourtant suit la même route et dont l'objectif est clairement différent.

 

Une plume qui touche par la justesse des mots, par la richesse des sensations éprouvées, par l'analyse des sentiments et de la foi qui évoluent au fil des massacres. La barbarie se montre ici sous son vrai jour, et qu'on ne s'y trompe pas, les chrétiens sont bien les pires qui pour asseoir leur pouvoir n'hésitent pas à massacrer allègrement juifs, Grecs et infidèles ; femmes, vieillards et enfants.

 

Et la question de Dieu finit par se poser et les rêves, parfois éveillés, nous éclairent de bon sens...

 

« Aujourd'hui je m'occupe des plantes, demain je serai l'humus dont elles tireront une vigueur nouvelle. La terre se moque du bien ou du mal qu'on a pu faire ; au-dessus de l'homme bon et au-dessus de l'homme cruel poussent les mêmes épis. Peut-être, pour les blés qui ploient dans le vent, tous les humains sont-ils pareillement justes ? »

 

« Tout ce qui se rattache au mot écrit me fascine : les majuscules aux couleurs vives, les rubans de cuir qu'on noue autour des codex, le bruit de la plume sur le parchemin. »

 

« Je ne comprends d'ailleurs pas d'où ils sortent, ces poux. Dès qu'on déclare la guerre quelque part, ils rappliquent tous comme un seul homme. Comme si c'était eux les guerriers le plus valeureux. »

 

« Tout est hasard, pensai-je. La naissance est un hasard, la bravoure est un hasard, la fuite est un hasard, rester en place est un hasard, survivre est le hasard de tous les hasards. C'est tout. »

 

Mon premier coup de cœur 2019 :-)

 

Pour info : D'après certaines sources, sur 60 000 hommes qui partirent pour cette croisade, après 3 ans d'épreuves et 5000 km parcourus, il y eut seulement 13 000 survivants. Ne sont pas inclus les 12 000 civils, femmes et enfants de la croisade populaire qui furent massacrés par les Turcs.

De plus, ces chiffres ne prennent pas en compte les juifs massacrés en Europe avant le départ du pèlerinage comme une mise-en-bouche de la boucherie à venir ni les nombreux 'infidèles' tombés lors de ce terrible et meurtrier périple…

 

Un tout grand merci à Babelio et aux éditions Sémaphores pour ce magnifique et beau roman reçu lors de la dernière Masse Critique.

Partager cet article

Repost0

commentaires