Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2020 1 28 /12 /décembre /2020 15:10

 

Un très bel ouvrage :-)

 

J'ai adoré les aquarelles et les dessins même si j'ai été un peu perturbée par le manque de perspective d'un dessin de la page 123 qui donne un rendu dérangeant… Je ne me suis pas bloquée dessus néanmoins et j'ai continué à rêver en couleurs et en noir et blanc au fil des pages, au fil d'une épopée assez unique.

 

En ce qui concerne le fond, je suis pour le moins perplexe. Voici un compte rendu de voyage qui finalement se résume à l'évocation d'un bonhomme qui se promène de ville en ville, de village en village, de hameau en hameau et le temps passe et les kilomètres défilent et le résultat est un périple de 120 000 km. Les illustrations varient, relativement peu finalement et le texte reste très pauvre. Quelques planches nous apprennent soit des faits historiques soit des on-dits non vérifiables soit des expériences personnelles qui ne grandissent pas les femmes. C'est là qu'on a envie de lire réellement les carnets de voyage de notre juriste Ibn Battûta et surtout, de mieux comprendre sa pensée car ce périple n'était au départ qu'un voyage à La Mecque, but ultime de tout musulman pratiquant.

 

Un roman graphique magnifique même si les dessins, les croquis ne sont pas d'origine car il est dit que « les anges n'entreront pas dans une maison où il y a un chien, ni dans celle où il y a des images » et si le roman est exact, l’œuvre graphique d'Ibn Battûta a été détruite par le feu à son retour à Fez par son seigneur et maître le commandeur des croyants Abu Inan Faris. Reste alors le récit qui ne serait qu'une transcription des souvenirs du voyageur et non ses propres écrits et c'est peut-être là le côté pauvre de ce beau roman qui manque de fond.

 

Un tout grand merci en tout cas à Babelio et aux éditions Aire Libre pour cette belle découverte qui m'a ouvert les yeux sur le monde musulman au XIVème siècle.

Partager cet article
Repost0

commentaires