Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 16:13

 

Un coup de cœur, c'est certain ! Dans cette catégorie que certains ne considère même pas comme de la littérature mais tant pis :-p

 

Une plume raffinée et colorée, un rythme soutenu, un brin d'humour, des situations cocasses, un soupçon d'érotisme et des personnages riches et attachants, voilà ma foi le mélange parfait pour un livre détente plus que parfait.

 

Plus que parfait car il aborde des problèmes de vie que l'on retrouve dans beaucoup de familles, incompréhension père-fils, paroles douloureuses qui s'échappent, disputes que l'on pense irrémédiables, erreurs de jeunesse qu'on ne sait plus comment justifier ou excuser. Plus que parfait car il parle des blessures que l'on garde pour soi et qui pour certains sont bien cachées par un masque de discipline et de rigidité et pour d'autres par une insouciance trompeuse. Plus que parfait enfin car j'adore retrouver tous mes personnages qui me semblent de plus en plus vivants au fil de mes lectures.

 

Et si on retrouve un peu Gwendoline dans cet opus, c'est surtout Lauren, qui semblait si inaccessible, que l'on découvre ici et on comprend mieux sa froideur et l'impression d'ennui qu'elle donne car elle ne cherche qu'à se protéger. L'analyse psychologique du personnage est assez remarquable ainsi que son évolution quand elle découvre que les règles sont une bonne chose pour vivre en société mais que la vie et surtout l'amour ont besoin de spontanéité pour s'exprimer pleinement.

 

« Et n'oublie pas, à l'avenir, que quand une fille dit non, elle veut probablement dire non. Cela fait partie des bases du langage. Oui veut dire oui et non veut dire non. »

 

« Autre chose aussi. Chaque partie d'elle-même s'était comme réveillée d'une longue léthargie – ses joues brûlantes, sa poitrine gonflée, son ventre palpitant, ses cuisses légèrement tremblantes. Tout en elle vibrait de féminité. Ainsi donc, malgré la discipline de toute une vie, elle n'était pas seulement une dame. Elle était aussi une femme. »

 

« Jamais essayé ? Ciel ! Mais quelle enfance avait-elle eue ? A moins qu'elle ait carrément sauté l'enfance et qu'elle soit née dame. »

 

« La guerre serait vraiment monstrueuse si elle détruisait l'horreur qu'il y a à tuer. »

 

Avant de reprendre la série « Le club des survivants » où l'on découvre Gwendoline dans le premier tome, je vais faire un petit détour chez les Smythe-Smith et terminer cette aventure de quartet qui m'avait bien fait rire :-p

Partager cet article
Repost0

commentaires