Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2022 6 25 /06 /juin /2022 15:54

 

Waouh !

 

Dieu quel monde ! Un monde où il est de bon ton de ne pas aimer son épouse. Un monde où il est établi que dés la naissance d’un enfant mâle, le couple peut n’en faire qu’à sa tête. Un monde où la toute puissance Jupitérienne passe au-dessus de Tout. Un monde enfin où un mari amoureux n’a pas sa place et alors, il n’a plus que ses larmes pour pleurer sa belle à jamais perdue.

 

Une plume qu’on ne doit plus décrire et qui m’a pourtant beaucoup émue dans cette histoire d’amour qui défie les lois de son temps et qui finalement n’a qu’un seul protagoniste, celui qui aime par-dessus tout. Une description des plus fouillée, même si j’ai quelques doutes sur certaines scènes, de la vie trépidante de la haute noblesse sous Louis XIV et surtout de ses mœurs. Une attention particulière et pourtant historique sur le personnage haut en couleur qu’est le marquis de Montespan, seul parmi tous qui osa défier le roi pour une femme, pour Sa femme.

 

« Je sens bien que je t’aime plus que tout le monde n’a coutume d’aimer, mais je ne saurais te le dire que comme tout le monde te le dirait. Je suis au désespoir que toutes les déclarations d’amour se ressemblent. »

 

« Si la vie des hommes durait mille ans, il faudrait en avoir du regret. Mais, étant si courte, il importe peu qu’ils la perdent vingt ans plus tôt ou plus tard. »

 

« Le bœuf donne une solide nourriture au corps mais il engendre un sang gras et mélancolique. Le poulet est meilleur, il restaure les natures les plus débiles. »

 

Bravo Monsieur Teulé pour cette page d’amour si belle, si violente, si avilissante et pourtant tellement magnifique, tellement humaine finalement pour qui a encore son bon sens.

Partager cet article
Repost0

commentaires