Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2022 1 11 /07 /juillet /2022 18:07

 

Bon, je ne suis pas une lectrice de pièces de théâtre et pourtant, celle-ci m’a fait rire tout en m’interpellant sur sa justesse quant à l’analyse de ce qui conduit à la guerre ;-)

 

Je suis certaine d’avoir loupé beaucoup de passages amusants car le texte date un peu et a été écrit dans un contexte particulier, l’entre-deux guerres. De cette période trouble où l’on sentait déjà pointer les tambours de l’horreur suivante, l’auteur nous parle à cœur ouvert de son désir de paix, lui qui a vécu la Grande Guerre. Au travers ses personnages, avec un sens de l’humour assez désopilant et tout en gardant en tête les événements de son temps vus avec son œil de diplomate, il nous tient en haleine et nous fait espérer que finalement, oui finalement, la guerre n’aura pas lieu. Et pourtant, il sait, il a déjà compris que les dés sont jetés et qu’ils roulent dans le sens de la guerre et que tout alors n’est que prétexte à cacher une ambition extrême. Et la guerre a bien eu lieu !

 

Une écriture riche pour un sujet complexe, beaucoup d’humour pour rendre acceptable l’inacceptable, des références multiples bien annotées et c’est bien utile pour mieux saisir la profondeur de la pièce et pour finir, un magnifique sujet de réflexion qui convient parfaitement à notre actualité. Une pièce qui peut aussi être lue plus en superficialité car elle est amusante et parle d’amour et aussi de la grande différence de perception du monde entre un homme et une femme, un autre sujet d’actualité du coup ;-)

 

« Je ne vois rien Andromaque. Je ne prévois rien. Je tiens seulement compte de deux bêtises, celle des hommes, et celle des éléments. »

 

« Dés que la guerre est déclarée, impossible de tenir les poètes. La rime, c’est encore le meilleur tambour. »

 

« L’anéantissement d’une nation ne modifie en rien l’avantage de sa position morale internationale. »

 

J’ai beaucoup aimé et surtout, j’ai adoré le passage avec le petite oiseau, un des nombreux clin d’œil de l’auteur qui parsèment l’ouvrage. Une pièce que je vais relire après avoir fait quelques recherches sur Giraudoux, elle le mérite.

Partager cet article
Repost0

commentaires